© Benoît Guillaume
© Benoît Guillaume
© Benoît Guillaume
© Benoît Guillaume
© Benoît Guillaume

Dessiner / Travailler / Œuvrer : Travailleurs à l'œuvre

le 14 janvier 2018 au cinéma Le Gyptis

La littérature prolétarienne en lecture (Constant Malva, Marcel Martinet, Victor Serge…) et le cinéma ouvrier par Catherine Roudé, historienne du cinéma et auteure et Marc Mercier, réalisateur et directeur artistique du festival Les Instants Vidéo.

Les films projetés :
Nouvelle société n°7 (1969) du Groupe Medvedkine de Besançon
La Parcelle (1970) de Jacques Loiseleux (Slon)

A propos de Travailler / Œuvrer

Du Travail est un projet qui met en question le travail dans ses différentes acceptions et qui s'articule en deux temps : une exposition autour de l'œuvre d'Harun Farocki (jusqu'au 18 mars), puis un cycle de films, débats et conférence qui l'interrogent : Travailler/Œuvrer.

Du 12 janvier au 8 février, artistes, philosophes, écrivains (Bernard Stiegler, Nicolas Frize, Antje Ehmann, Gérard Paris-Clavel, Zaven Paré, Pierre Parlant, eRikm...) s'emparent ainsi des questions que pose le travail aujourd'hui : qu'est-ce que le travail et quelle est sa place dans nos existences ?

A propos de Dessiner / Travailler / Œuvrer

Tout au long du cycle Travailler/Œuvrer, nous avons demandé au dessinateur marseillais Benoît Guillaume de croquer librement en images et en textes une sélection de rencontres et conférences. Le résultat est à découvrir au fur et à mesure sur notre compte Instagram.

À propos de Benoît Guillaume
Benoît Guillaume est né en 1976 et vit aujourd'hui à Marseille. Il a travaillé tout d'abord en temps que graphiste et animateur de films animés pour le web mais maintenant c'est surtout le dessin qui l'intéresse, et sous toutes ses formes : bandes-dessinées, flip-books, des films d'animation, dessin en extérieur... Benoît Guillaume a notamment illustré les pages du New York Times, de Télérama, du journal Le Monde, de Mouvement ou bien encore de la Revue XXI.

partager

Partager sur plus

Partager par mail mail

Suivez-nous aussi en utilisant #lafriche