Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui mercredi 7 déc.

Margret Hoppe © DR

Faits divers : Les lieux de souviennent-ils ? – Südwall

Une proposition de Goethe-Institut

Jeudi 2 avril 2020 à 18h30

Gratuit

Café de La Salle des machines

En parallèle de l’exposition SÜDWALL de la photographe Margret Hoppe, présentée à la Galerie La Salle des machines, le public est invité, lors d’un dialogue entre Alain Paire, écrivain et critique d’art, et Katharina Bellan, chercheuse et docteure en Études Cinématographiques et en Histoire, à réfléchir au pouvoir des images, à leur fabrication, ainsi qu’à l’aura des lieux en tant que témoins muets.

« Les lieux de mémoire, ce sont d’abord les restes … » annonce Pierre Nora dans son ouvrage intitulé « Les lieux de mémoire ». La construction de l’Histoire se compose de souvenirs, de témoignages, de textes et d’images transmis. Mais comment faire pour fixer les traces de l’Histoire face à la disparition d’une génération de témoins qui pouvait encore se souvenir ?

Des auteurs de premier plan – entre autres Anna Seghers, Jean Malaquais, ou Walter Benjamin‌ – des catalogues d’expositions, des monographies et des témoignages, une masse considérable de livres ont d’ores et déjà été publiés à propos des années 1940 à Marseille. Pour autant, sur le plan de l’écrit le sujet n’est pas épuisé, toutes sortes d’interrogations subsistent.

Le lien entre image et mémoire joue à un niveau symbolique comme matériel. Quand d’un événement les images manquent, il est peu à peu oublié. Quelle stratégie mettre en place pour se souvenir de certains événements malgré l’absence d’image ? À l’inverse comment faire pour que certains événements filmés ne colonisent pas les imaginaires ?

Les images manquantes font symptôme de la violence de certains événements. La rafle de janvier 1943 et le peu d’images de la destruction des vieux quartiers au nord du Vieux Port sont propres à l’histoire de Marseille, ces événements ont laissé un vide, une béance que les images ne viennent pas combler. Nous observerons comment les films qui racontent cette histoire usent de diverses stratégies pour combler le manque : effets spéciaux et reconstitutions pour les fictions, utilisation d’image fictionnelle pour les films documentaires ou les émissions de télévision.

Cette rencontre « Faits Divers » reçoit le soutien de l’Université Populaire de Marseille, de la Maison Allemande et de Films du Soleil.

Les faits divers, qu’est ce que c’est ?

Un à deux jeudis par mois, autour d’un verre et d’une assiette au comptoir, le café-librairie La Salle des Machines est le lieu du dialogue, de l’imagination et de l’échange, à propos d’art, de littérature, de questions de société, de cuisine aussi...

Bon à savoir

• Jeudi 2 avril, ce ‘Faits Divers’ est précédé à 17h d’une VISITE DE L’EXPOSITION Südwall de Margret Hoppe à la Galerie La Salle des machines.

• Les jeudis 2, 9 et 16 avril, VISITES COUPLÉES Friche + Mémorial des Déportations (en partenariat avec le Musée d’histoire de Marseille) :
à 14h au Mémorial des Déportations (1 Quai du Port, 13002 Marseille)
à 17h à la Friche la Belle de Mai (Galerie La Salle des Machines)

> Visites gratuites par l’équipe du Goethe-Institut Marseille – sur inscription à : info-marseille@goethe.de

Et aussi

Sororités littéraires et afrodescendantes

Une proposition de Collectif Rosas

Dans le cadre du mois des personnes d’ascendance africaine, la librairie de la Salle des machines accueille deux rencontres avec le Collectif les Rosas et Eva Doumbia. +

Samedi 10 décembre 2022

Gratuit !