Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui lundi 15 avr.

Événement passé

Une soirée avec Georges Appaix

Une proposition de Marseille Objectif Danse

Vendredi 5 avril 2024 à 19h30

Gratuit sur réservation

Gratuit

Studio

Parcours rouge

Informations et réservations : Marseille Objectif Danse au 04 95 04 96 42

Durée du film : 20 min.

Résident de la Friche de 1995 à 2021, soutenu et accompagné depuis toujours par Marseille Objectif Danse, le chorégraphe Georges Appaix revient à la Friche pour une soirée, l’occasion de découvrir ou redécouvrir son travail et d’écouter les premiers extraits d’une publication à paraître sous sa plume.

Au programme :

• LECTURE DU TEXTE « Dans l’écriture
 » — publication à venir


« À nouveau écrire.
 Se confronter à cette tentative difficile. Douter souvent. Tâcher de placer l’ambition au bon endroit, à son propre endroit. Je suis, aussi, ce que j’écris. Je ne peux écrire que ce que je suis vraiment, sans imagination. Ces mots me contiennent.
 Et avoir, à nouveau, dans un coin de la tête, l’idée que ce texte pourrait, tout ou partie, être dit sur une scène, faire spectacle et être entendu aussi, dans ses circulations, ses déplacements, ses errements aussi.
 Le jouer.


Georges Appaix, note d’intention, mars 2023




• PROJECTION DE « Basta ! , la pièce » — 
film • 20’

Réalisé à partir de la pièce éponyme en 1989.

Paris le 15 août.

« J’essaye aujourd’hui d’écrire quelques mots sur « Basta », tout au moins sur l’état de grandissement du projet au bout de sept semaines de répétitions. 
J’ai devant les yeux les images vidéo captées au cours d’une répétition publique.


Écrire, c’est sans doute d’abord voir, savoir ce que l’on est en train de faire ; mais le spectacle que j’entrevois, que je souhaiterais faire, les images vidéo y font allusion sans le montrer, sans en montrer même un état intermédiaire. Donc ces images refusent de me dire ce que sera « Basta ». Cela ne m’étonne qu’à moitié… 
Essayons de chercher plus en amont : Qu’est-ce qu’on en a à faire du mouvement ! et qu’est-ce qu’on en a à faire des mots ! Qu’est-ce qu’on peut faire du mouvement ? et qu’est-ce qu’on peut faire des mots ? Ce sont des questions et j’ai, nous avons quelques idées et quelques désirs d’y répondre, fût-ce de manière contradictoire. Cela passe par la scène, le lieu mystérieux qui mêle la proximité et l’éloignement, l’illusion et le réel, la joie et le danger ; et cela passe par les gens qui s’y trouvent et qui partagent ces questions et ce danger et cette joie. Il faut rajouter la musique, toujours là d’une manière ou d’une autre, même dans ses absences, comme un référent, toujours prête à faire un bout de route avec les mots.

Alors quoi basta ? Alors « Basta » c’est d’abord un petit règlement de compte personnel, de moi à moi, donc d’un intérêt très relatif. 
C’est aussi la manifestation d’un certain refus, par rapport au contexte de la danse contemporaine et plus largement du spectacle vivant, et plus largement encore, pourquoi pas, de l’art vivant, d’un système de marché qui nous menace de rétrécissement, de conformité à je ne sais quelle demande. 
Et cela ne veut pas dire pour autant cultiver le mépris ou même l’indifférence pour le public, accusation fréquente et généralement immédiatement suivie de celle infamante « d’intello ». 


On ne peut pas aimer le spectacle sans respecter le public, ce serait absurde !
Je souhaite donc avec « Basta » continuer à faire ce métier le mieux possible. Facile à dire ! Qu’est-ce qu’on peut bien, en effet, raconter dans un spectacle si l’on a renoncé aux diverses formes répertoriées d’héroïsme, en actes, en paroles, et bien évidemment en images, et que l’on a pourtant pour objet non pas de distraire le spectateur du monde, mais plutôt quelque chose qui serait de l’ordre du contraire ? Bien sûr il y a l’humour, chose précieuse entre toutes mais si délicate ; sans parler de cette fameuse « distance » qui pourrait tout justifier. 


Je me suis dit finalement, un spectacle c’est une tranche d’humanité ; s’il ne transforme pas le monde, ni même ceux qui y assistent, qu’au moins un petit déséquilibre en résulte, si possible accompagné de plaisir, et que certaines certitudes en soient ébranlées, même si, l’agitation terminée, tout reprend presque la même place. Ce « presque » là me suffirait. »




Georges Appaix, extraits, août 1989



« Basta ! » signe la première coproduction de marseille objectif DansE créée au Théâtre des Bernardines les 4-5-6-7 octobre 1989.
Chorégraphie Georges Appaix | scénographie Goury, assisté de Brigitte Garcia | lumières Pierre Jacot-Descombes | son Olivier Renouf, Georges Appaix | régisseur général Christophe Orly | avec Pascale Luce, Sabine Macher, Pascale Paoli, Marco Berrettini, Éric Houzelot, Georges Appaix.

En savoir plus

LIRE AUSSI : Entretien avec Georges Appaix, par Fabrice Lextrait, 2020

Et aussi

Pour une culture des transitions

Présentation du livre de Raphaël Besson

Une proposition de la Librairie la Salle des Machines

Quelle place pour les arts et la culture dans la transition des territoires ? Raphaël Besson s'interroge sur les fondements d'une politique culturelle en mesure d'accompagner les transitions territoriales. +

Jeudi 18 avril 2024 à 18h30

Rétrovision

Carte blanche à Ici-Même [Gr.]

Une proposition de la Galerie de tous les possibles

Le groupe d'artistes transdisciplinaires grenoblois déplie ses archives d’une vingtaine d’années d’expériences et de propositions artistiques à Marseille. Images, éditions, vidéo et diffusions sonores, performances et conversations entre inconnu·es. +

Du 8 février au 20 avril 2024
Galerie ouverte du mardi au samedi

Gratuit !

Biennale des écritures du réel

Festival art, politique et société

Une proposition de Théâtre La Cité

60 rendez-vous qui sèment aux quatre coins de Marseille des spectacles de danse de théâtre ou de cirque, des événements et ateliers participatifs, des scènes ouvertes, des rencontres d’auteur·ices… +

Les 10, 18, 20, 23 & 24 avril 2024

À partir de 10 ans