Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui lundi 28 nov.

Événement passé

À Cause d’un moment

Dans le cadre de Massilia Afropéa

Le 30 octobre 2016

dimanche 30 octobre à 16h
durée : 40 min

plein 8 € / réduit 6 € Pass 1 journée Massilia Afropéa (3 spectacles) : plein 20 € / réduit 15 € Pass Festival Massilia Afropéa (5 spectacles + 1 place cinéma Le Gyptis séance du 28 ou 30 oct) : plein 30 € / réduit 25 €

Les Plateaux

Sabine Samba porte en elle un monde tout entier venu d’un « loin », une terre inconnue. Alors il faut se saisir d’un juste balancier afin d’équilibrer cette frontière-limite, ce passage à l’acte. Permettre au plateau lui-même d’accueillir cette force ; tracer au sol, comme pour les jeux de cour d’école, le principe d’évasion.
Révélée par la scène hip-hop dont elle est l’un des témoins féminins privilégiés, Sabine Samba invente aujourd’hui un langage chorégraphique ouvert à la parole, à la théâtralité et à de nombreux styles de danse.

Oui, elle vient du hip hop (compagnies Rêvolution, Hors Série). Mais elle a aussi fait le Conservatoire et du jazz. Sabine Samba insiste, depuis la création de sa compagnie GestueLLe en 2003, sur une danse plurieLLe (multiplicité des styles et affirmation de sa féminité). Aujourd’hui, après un parcours qui l’a amenée à travailler avec des gens de théâtre, elle revient à l’essence de sa danse. Mais avec un metteur en scène de théâtre, tout de même. Qui lui demande de rester muette, alors qu’elle est une danseuse réputée pour son franc-parler. Non pas que Renaud Cojo soit particulièrement machiste, mais il ne goûte pas le mélange des genres, galvaudé ces dernières années :
« Je refuse désormais ces appétits bicéphales (encouragés par l’économie culturelle). J’ai besoin de réinterroger mon écriture chorégraphique », reconnaît la danseuse chorégraphe. D’être moins dans la narration, plus dans une expression du corps qui passe par ses tendances naturelles, par une écoute attentive. J’ai demandé à Renaud  Cojo de travailler avec moi car j’aime son sens de la provocation dans le fond et la forme. Pour ce solo, je lui ai dit que je voulais déconstruire le façonnement des corps et des humains. C’est déstabilisant, mais c’est ce que je voulais. »

Dans À cause d’un moment, on retrouvera donc tous les ingrédients chers à Cojo : de la musique pop rock, des projections et du second degré. Chez Sabine Samba, la danse d’une femme indépendante, noire et d’une énergie redoutable. Et quelques questionnements existentiels : mais comment coiffer ces cheveux impossibles ?