Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui samedi 3 déc.

Événement passé

Colored Only

Dans le cadre de Massilia Afropéa

Exposition de tirages photographiques
samedi 23 juin de 15h à 22h
dimanche 24 juin de 15h à 21h
Studio photo
samedi 23 et dimanche 24 juin de 15h à 19h

Gratuit

La Plateforme

S’intéresser au cheveu noir peut paraître anecdotique, mais permet d’évoquer l’histoire, la mémoire, les questions identitaires. Les cheveux sont ici un outil et/ou un prétexte pour débattre des questions liées à l’identité et aux origines. Faire le choix d’une coupe afro par exemple s’apparente à faire son coming-out, car le cheveu crépu a été lourdement stigmatisé et marginalisé. C’est presque un acte militant pour certains, qui reste teinté d’un esprit de rébellion lié  à l’histoire.
Pour le festival Massilia Afropea Hélène Jayet installera son studio photo en plus d’une exposition pour immortaliser les coiffures aux cheveux only crépus ou frisés. Résultat ébouriffant !

« La série Colored Only n’est pas une collection d’images documentaires sur «le cheveu afro ». Dans ce studio, les modèles sont poussés à la performance, à la pose royale et souveraine : « Lève le menton», ne cesse de répéter Hélène Jayet. Le regard tourné vers la gauche – le sens du passé – les modèles sont photographiés de profil et de trois quarts. Je repense à ces médailles gravées qu’on voit dans les musées, preuves de la permanence d’une certaine histoire les portraits d’Hélène Jayet sont un peu comme ces médailles. Ils fixent un désir de notabilité et d’historicité….» par Célia Sadai, journaliste et chercheure en littérature et en sciences de l’information et de la communication, pour Afriscope et Africultures.

Hélène Jayet est née en 1977 à Châtillon sur Seine. Après avoir obtenu un diplôme national d’arts plastiques aux Beaux-arts de Montpellier, elle complète sa formation à l’école de photographie Image ouverte, à la PAO à l’école Multimédia et enfin au photojournalisme à l’Emi-Cfd. Après plus de 10 ans à Paris, elle s’installe à Montpellier et partage pendant 2 ans l’expérience du groupe au sein du Collectif Transit. Ses images traitent de l’intime, de l’histoire, de la mémoire et des questions identitaires. Elle mène un travail autour de l’adoption depuis plusieurs années et arpente le quartier de Château d’eau dans le 10eme arrondissement de Paris en quête des coiffures les plus folles.

Autres expositions

Accessibles avec le même billet

Événement passé Exposition

Du ciel

Une proposition de Friche la Belle de Mai

Cette exposition de Jean-Luc Brisson est une rencontre du ciel, c'est à dire une rêverie en même temps qu'une pensée politique non explicite. Le climat, les phénomènes de vaporisation, de condensation, de changements d'états sont chantés sur ces dessins, peintures, sculptures de papier et vidéos. Ce n'est ni tempétueux, ni rapide, ni oppressant, mais plutôt calme, tendre et incantatoire. +

Du 9 juin au 19 août
Vernissage le 8 juin

Gratuit !

Événement passé Exposition

Le Mauvais Oeil 42 : Chloé Mathiez et Vincent Wagnair

Une proposition de Le Dernier Cri

Une exposition bicéphale de micro-édition des artistes Chloé Mathiez et Vincent Wagnair. L'une dessine principalement au stylo bille, avec une préférence pour le Pilot Bps-matic noir. Ses thématiques sont parfois désespérées mais souvent drôles avec des personnages. L'autre dessine compulsivement depuis l'enfance et est influencé par la scène graphique underground, la bande dessinée et l'art brut. +

Du 18 juin au 15 août - vernissage le 18 juin à 18h
du lundi au jeudi de 10h à 12h et de 14h à 17h
le vendredi de 10h à 18h
samedi et dimanche de 14h à 17h

Gratuit !

Événement passé Exposition

Probabilité : 0.33

Une proposition de Une proposition de Pilotine Production et du musée Nicéphore Niépce et coproduit par MP2018 - Quel Amour !

L'exposition Probabilité 0.33 offre une vision éclectique des relations amoureuses à travers le médium photographique, bien loin du mythique “Baiser de l'Hôtel de Ville” de Robert Doisneau. Conçue comme un face à face entre photographies vernaculaires et travaux contemporains, tels ceux de Delphine Balley, François Burgun, Natasha Caruana, Olivier Culmann,  Anouck Durand, Romain Mader, Virginie Marnat, Jenny Rova, Thomas Sauvin [Beijing Silvermine] ou Manon Weiser, elle propose un regard décalé, voir corrosif sur le sujet, loin des clichés sur l'Amour avec un grand A. +

Exposition du 9 juin au 29 juillet 2018
Du mercredi au vendredi de 14h à 19h
Samedi et dimanche de 13h à 19h
Vernissage vendredi 8 juin à 18h