Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui mercredi 17 juil.

© © Caroline Dutrey
Événement passé

Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète

Une proposition de Rencontres à l'échelle - B/P

Vendredi 6 juillet à 18h
Durée : 1h30

Entrée libre : réservation conseillée au 04 91 64 60 00

Entrée libre : réservation conseillée au 04 91 64 60 00

L'IMMS

Cet oratorio théâtral fait se rencontrer paroles d’exilés, jeunes comédiens et composition électro-acoustique, entre souvenirs d’existences violentées et célébration sensuelle.
Après 4 semaines de résidence à la Friche la Belle de Mai, une invitation à découvrir la deuxième mise en scène de Gurshad Shaheman avant sa création au festival d’Avignon.

Extraits de la note d’intention

” Nour est comédien. Nowara était enfant star de la télé irakienne du temps où elle était encore un garçon. Quand elle avait 17 ans, Yasmine a gagné un concours de mannequinat organisé par l’agence Elite à Agadir. Mais l’agence a refusé de l’engager quand elle a découvert que Yasmine était transsexuelle. Puis il y a Elliott, Lawrence, Hamida et les autres. Ils ont pour point commun d’être issus de Moyen-Orient ou du Maghreb et d’avoir quitté leur pays non pas à cause d’une guerre ou d’un conflit armé – ce ne sont là que les circonstances aggravantes – mais pour pouvoir enfin s’affirmer, exprimer leurs idées et leurs émotions et vivre au plein jour leurs identités sexuelles ou intellectuelles.

J’ai passé un mois et demi à Athènes et à Beyrouth. J’ai rencontré une vingtaine de témoins. J’ai enregistré sur dictaphone ce qu’ils ont bien voulu me raconter de leurs vies, de leurs traversées, de leurs aspirations et de leurs amours. Puis j’ai transcrit ces entretiens. Commençait alors pour moi le véritable travail d’écriture. Puis, une fois les récits individuels établis, il s’agissait pour moi de les tisser ensemble, d’en faire un oratorio. La pièce se divise en trois actes. Le premier rassemble les récits d’enfances et de jeunesses où pour la première fois se forment les interrogations intimes sur les identités ethniques, religieuses, sociales ou sexuelles. Le deuxième acte balaye les raisons des départs et les événements fondateurs à l’origine de chaque exil. L’acte trois retrace les traversées, toutes singulières et étonnantes. Enfin, un court épilogue vient ouvrir sur l’avenir et rétablir ce fait souvent oublié que l’exil n’est qu’un état passager car chacun finit par s’établir quelque part. ”