Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui samedi 26 nov.

Maryse Condé

L’appartenance afropéenne

Dans le cadre de Massilia Afropéa

Le 29 octobre 2016

samedi 19 octobre à 14h

Gratuit

La Cartonnerie

Trois générations d’auteurs et plusieurs genres littéraires – roman, théâtre, poésie, slam… – pour des préoccupations semblables. Comment dire le monde pluriel ? Comment lutter,  avec les mots, avec les corps, contre les injustices et les discriminations ? S’inventer et affirmer les nouvelles identités à l’ère de la mondialisation ? Échapper aux poids des héritages culturels tout en les chérissant ?
Avec Maryse Condé, Jean-Luc Rahiramanana, Silex. Table ronde animée par Pascal Jourdana (La Marelle)

 

Maryse Condé est née en 1937 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Elle est romancière, chercheuse et enseignante, et a publié de nombreux romans, dont Heremakhonon (1976), Ségou (2 vol., 1984-85), Desirada (1997), Célanire cou-coupé (2000), où elle accorde une place prépondérante à l’Afrique, au créole et à la question de l’identité noire.

Jean-Luc Raharimanana est né en 1967 à Tananarive (Madagascar). Il a écrit et monté de nombreuse pièces de théâtre, ainsi que des romans, dont Le Cauchemar du gecko, qui racontent la douloureuse histoire de son île, sa corruption et sa pauvreté.

Silex est slameuse et poète. Ses textes, tranchés, rythmés, mêlent l’urgence à la tendresse. Elle a coécrit le spectacle L’âme orale de l’histoire, et a collaboré au recueil Volcaniques, une anthologie du plaisir dirigé par Léonora Miano.
Silex naît, grandit, écrit, dans le maillage serré des points de collision. Elle est issue de générations de faiseuses qui l’encouragent à inscrire, autant pour dé-couvrir que pour transmettre ou contaminer. Depuis quinze ans, elle partage des scènes avec des slammeurSEs, comédienNEs, musicienNEs, danseurSEs.
Elle fait partie du duo Guitare basse/voix « Futur Oublié » et du trio « Le Laboratoire des Possibles Infinis » (Guitare/Guitare basse/Danse/Voix).
Elle écrit dans les interstices de la « vraie vie », avec les moyens du bord et en privilégiant le partage des savoirs et l’autonomie.