Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui samedi 10 déc.

Événement passé
Reporté au printemps 2022

Géométrie de vies

Michael Disanka, Christiana Tabaro • CRÉATION / PREMIÈRE

Dans le cadre de Les Rencontres à l'échelle
Une proposition de Rencontres à l'échelle - B/P

Les 9 et 10 novembre 2021

Mardi 9 novembre à 21h
Mercredi 10 novembre à 19h

De 5 € à 10 €

Plein tarif : 15€
Tarif réduit : 10€
Tarif étudiant MU : 5€

Michael Disanka & Christiana Tabaro creusent la mémoire inconsciente des images, ils regardent debout leurs souvenirs animés de forces aussi puissantes que terrifiantes.

Ce sont les chemins de Mbanza Ngungu, de Bukavu ou Kinshasa. Les paysages sublimes. Le décompte des morts. Dans un temps sorti de ses gonds, les artistes se souviennent de l’avenir, dessinant de futurs rythmes, de nouvelles façons d’habiter la vie.

Michael Disanka, comédien, metteur en scène et auteur, il est diplômé de l’Institut National des Arts de Kinshasa en art dramatique. C’est un jeune artiste d’ores et déjà repéré sur la scène congolaise. Il crée le Collectif D’Art-D’Art avec Christiana Tabaro. Il débute une collaboration avec le KVS à Bruxelles, rencontre Dieudonné Niangouna avec qui il parcourt les festivals, Connexion Kin, Mantsina sur scène à Brazzaville et Theater for men à Hanovre. Michael Disanka met en scène ses propres textes, ainsi que « Village fou » de Koffi Kwahule, « Parole de femme » d’Annie Leclerc, « L’herbe qui souffre » de Michel Torrekens et « Solo Dios Basta » du Père Constantin.

Christiana Tabaro, née à Kananga, vit et travaille à Kinshasa. Elle est metteure en scène, actrice et autrice. Formée à l’Institut National des Arts à Kinshasa, elle fonde et dirige avec Michaël Disanka le Collectif D’Art-D’art, projet expérimental et laboratoire de théâtre. Leur motivation commune ? « L’art en nous, l’art pour nous, l’art à travers nous ». En 2013, elle crée le seul en scène « Parole de femme » qu’elle a co-écrit et dans lequel elle raconte librement son parcours de fille, de femme et d’artiste femme dans la société congolaise. A y regarder de près, elle poursuit un seul et même objectif, celui d’explorer un théâtre autofictionnel nourri de fragments de vies, de vies vécues, de vies passées et de vies à venir, lui permettant de créer un lien direct avec le.la spectateur.trice, au plus près de l’humain. Artiste reconnue, elle fait partie en 2018 des Artistes internationaux invité.es par ProHelvetia au Festival d’Avignon.