Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui vendredi 26 fév.

© Aurélien Mole – Fræme, Friche la Belle de Mai, 2021
Exposition ouverte aux professionnels, sur rendez-vous

Touche-moi

Sophie Bueno-Boutellier

Collaboration : Caetano. Participation : Won Jin Choi et La Gousse
Une proposition de Fræme

Du 12 février au 16 mai 2021

Lundi : fermé
Mardi : fermé
Mercredi : 14h à 19h
Jeudi : 14h à 19h
Vendredi : 14h à 19h
Samedi : 13h à 19h
Dimanche : 13h à 19h

De 0 € à 5 €

Tarif plein : 5€
Tarif réduit : 3€ • -26 ans, +65 ans, demandeurs d'emploi, personnes en situation de handicap, groupe de plus de 10 personnes

GRATUIT : -18 ans, étudiants, bénéficiaires du RSA, du minimum vieillesse, familles nombreuses, groupes scolaires & centres sociaux (accompagnés) • sur présentation d'un justificatif

Le Panorama

Même en cas de gratuité, le billet d’entrée est indispensable, il donne accès à l’ensemble des expositions de la Tour et du Panorama

Exposition monographique
de Sophie Bueno-Boutellier

Cédric Aurelle, curateur :

« Serait-il possible de renaître à la vie ? Naître une deuxième fois, mais naître adulte et plonger dans un monde singulier sans avoir eu le temps d’en apprendre la langue, les usages ou les représentations… Envisager le monde à fleur de peau, afin d’en ressentir la réalité brute et s’en laisser pénétrer, sans filtres d’interprétation et débarrassé·e de sa carapace de protection. Une autre manière de “faire le vide pour rendre possible toute expérience” ainsi que l’écrit Emmanuele Coccia dans ses Métamorphoses. C’est à cette expérience proche de la vie que nous invite Sophie Bueno-Boutellier avec Touche-moi.
(…)
“La mère est (…) en réalité un substitut partiel de l’océan”[1] et c’est dans une gigantesque matrice aquatique s’ouvrant sur la rade de Marseille et les quartiers nord de la ville que Sophie Bueno-Boutellier plante, à la manière d’algues en flottaison, d’immenses toiles peintes, produisant un sentiment d’infini océanique articulant non pas tant un parcours didactique jalonné de vérités immuables que des chemins intuitifs propices aux interactions affectives.

Venant de pratiques ancrées dans le sol, liées à la sculpture et à l’installation, Sophie Bueno-Boutellier envisage la peinture comme une manière de refonder son ethos artistique depuis son installation à Marseille en 2018. Dans un mouvement d’élévation verticale, elle engage tout son corps dans la peinture, peignant à mains nues dans un contact direct avec la toile. La peau joue ici un rôle fondamental non seulement comme surface d’adhérence des pigments colorés mais aussi comme zone tactile, poreuse aux éléments extérieurs comme aux grains de la toile. (…)

Le travail de Sophie Bueno-Boutellier revêt une dimension résolument mystique que renforce l’élévation cathédrale de l’espace d’exposition du Panorama qu’elle transforme en moment de communion collective. Touche-moi fournit en effet l’occasion de repenser le principe exposition à l’aune des changements anthropologiques majeurs que nous connaissons actuellement en remettant la relation à l’autre au centre des enjeux. À l’aide de plusieurs complices venant d’univers très différents, Touche-moi va en effet se déployer sur quatre mois sans vernissage ni finissage mais dans une temporalité aux intensités variées, à la manière d’un espace habité dans lequel on pourra danser, boire, manger, chanter… et s’émouvoir. »

[1] Sándor Ferenczi, cit. par Emmanuele Coccia in Métamorphoses.

Sophie Bueno-Boutellier (1974, Toulouse) a étudié à la Villa Arson au début des années 2000. Elle est représentée par les galeries The Approach à Londres et Freymond-Guth Fine Art à Bâle et New-York. Ses récentes expositions personnelles comprennent, « Le Don de Gaïa » présentée en 2017 à la Galerie The Approach à Londres, « La ritournelle du peuple des cuisine » à la Fondation d’entreprise Ricard, « They sing a song only you can hear » à The Approach ; « Let me steal this moment from you now » chez Freymond-Guth en 2013, « C’est à crier tellement c’est bleu » chez Circus, Berlin (2012); et « Pensée Sauvage » au Kunstverein de Langenhagen en 2011. Elle a aussi participé à de nombreuses exposition de groupes, notamment « White Noise », à la Kunsthaus Glarus et « Rotrixagatze » chez On Stellar Rays à New York en 2015. « DIZIONARIO DI PITTURA » chez Francesca Minini à Milan et « Occupy Painting », organisé par Max Henry à Autocenter à Berlin en 2014. Puis en 2012 « Archéologie(s) », organisé par Aurélie Voltz au Musée du château des ducs de Wurtemberg de Montbéliard; et « The Possessed » à Triangle Marseille.

Une exposition en coproduction avec la Friche la Belle de Mai et en partenariat avec le sel La Baleine.

Autres expositions

Accessibles avec le même billet

En attendant Omar Gatlato

Regard sur l'art en Algérie et dans sa diaspora

Une proposition de Triangle France - Astérides

Les œuvres des vingt-neuf artistes présenté·e·s dans l’exposition offrent des représentations diverses, instables et polyphoniques de la vie en Algérie et dans sa diaspora, témoignant de la façon dont l’art continue de penser la décolonisation. +

Exposition ouverte aux professionnels, sur rendez-vous

Du 12 février au 16 mai 2021

Événement passé Exposition

Mauvais Œil 54 : Guillaume Soulatges

Une proposition de Le Dernier Cri

À rebours de tout érotisme, Guillaume Soulatges interroge l'articulation entre pulsion et représentation normée, entre honte et jubilation scopique, entre corps glorieux et pathétique. +

Ouverture reportée

Du 19 décembre au 18 février 2020

Gratuit !

Les Instants Vidéo : « Mort, la vie te guette ! »

Une proposition de Instants Vidéo

Aujourd’hui plus que jamais, l’humanité est sommée de tempérer ses ardeurs car le pire la menace. Ici, une exposition d'installations vidéos où les artistes renversent la table de la fatalité. +

Ouverture reportée à une date encore inconnue

Du 16 décembre 2020 au 14 mars 2021