Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui mercredi 7 déc.

Événement passé

Ateliers Portes Ouvertes – Astérides et Triangle France

Une proposition de Triangle - Astérides

Jeudi 7 décembre de 18h à 22h

Gratuit

Maya Beaudry, Adam Lewis Jacob et Anouchka Oler sont en résidence chez Triangle France.
Romuald Dumas-Jandolo, Pauline Ghersi, Anna Solal et Alan Schmalz sont en résidence chez Astérides.

Les artistes ouvrent leurs ateliers pour y présenter leurs nouvelles recherches et productions. Venez découvrir leurs travaux et échanger avec eux.

Les artistes

Romuald Dumas-Jandolo
À travers différents médiums Romuald Dumas-Jandolo rejoue des scènes autobiographiques ou revisite certaines périodes de l’histoire de l’art qui lui sont chères notamment l’époque de la Contre-Réforme et du ténébrisme à Byzance où moines et érudits débattaient du sexe des anges. Son travail, teinté d’une esthétique baroque et influencé par les arts du vivants, donne à voir un monde tourmenté, hybride et débordant où la chair et la mise en avant du corps transcendent et appellent au sens du sublime.
Dans sa pratique gargantuesque mais à fleur de peau, Romuald Dumas-Jandolo se tourne vers la question du genre et les convictions liées à nos modes de vie, à nos enveloppes charnelles. L’artiste aime à questionner l’intérieur de ses sujets, dont lui-même, en jouant à éloigner tout type d’égocentrisme voir stigmatisme pour tenter d’en révéler les essences mêmes.

Pauline Ghersi
Diplômée des Beaux-Arts de Lyon en 2017, Pauline Ghersi développe une pratique d’écriture et de vidéo à partir de ses images et celles des autres, de musiques libres de droit et de citations : « parler avec les mots des autres c’est ce que je voudrais, ça doit-être ça la liberté !».
Le montage de prélèvements lui permet de composer des fictions à partir de rencontres, de lieux ou d’expériences anodines. Attentive aux formes du « parlé » dans la rue, en famille et à la télé, elle articule un langage qui avance par associations d’idées, dans une économie de moyen et de geste, manifeste d’un goût pour la légèreté.

Anna Solal
Les assemblages d’Anna Solal sont fabriqués à partir de matériaux urbains et domestiques, souvent en métal ou en plastique, ramassés dans la rue ou achetés dans les magasins Euroshop. Ils sont recomposés en motifs aériens, comme des oiseaux ou des cerfs-volants. Brutalement figurative, cette iconographie pop, anxieuse et mouvante, met en avant l’isolement de l’individu et la forme d’abstraction dans laquelle cet individu navigue.
Anna Solal a exposé à Interstate Projects (New York), Art-O-rama (Marseille), WeekendWeekendWeekend at New Galerie (Paris), Rijksakademie (Amsterdam), Belle air (Essen), The Ister (Brussels), Olso10 (Bâle), Siliqoon (Milan).

Alan Schmalz
Né en 1987 à Genève, Alan Schmalz est diplomé de la HEAD depuis 2014. Polymorphe sa pratique est riche de l’emploi de plusieurs médiums différents comme la peinture, le dessin, la vidéo, la performance, la sculpture et l’installation. Depuis 2012 il expose régulièrement dans des lieux et institutions tels que le Centre d’art de Genève (Genève), The Box (Los Angeles), Truth and Consequences (Genève), New Jersey (Bâle) et Up State (Zurich).

Maya Beaudry
Le travail de Maya Beaudry (née en 1988 à Vancouver) s’articule principalement entre la sculpture et l’installation, explorant le concept d’intériorité dans sa relation à l’architecture ainsi que les relations symbiotiques entre espace mental et espace de vie. Ses recherches récentes s’appuient sur la prévalence architecturale du rectangle comme cadre et à l’expérience corporelle d’espaces géométriques habités comme structures organiques. L’artiste s’intéresse tant à l’acte de construction qu’à l’assouplissement de l’espace construit, les mettant en relation au textile, à la tapisserie et au mobilier, compris comme membranes entre corps et architecture.

Adam Lewis Jacob
Adam Lewis Jacob (diplômé de la Glasgow School of Art en 2015) développe des situations de création partagée, dans lesquelles il envisage le cinéma comme espace d’abandon de contrôle total, incluant les traces du processus créatif et des performances, au milieu d’un surplus d’objets, d’images et d’informations. Il explore actuellement les intersections entre spiritualisme et anarchisme, à partir desquelles il mélange différents registres cinématographiques, donnant lieu à des rêves conçus comme portail donnant accès à des expériences psychédéliques. Bien que la plupart de ses œuvres prennent la forme d’images en mouvement, l’artiste réalise des installations dans lesquelles il incorpore les objets et matériaux de ses films, comme des objets, du son, incluant  objets, son, animation et lumière altérée.

Anouchka Oler
Sa pratique réunit écriture, sculpture et performance au sein de vidéos dont les récits s’articulent souvent autour de la rencontre de personnages et d’un environnement matériel perturbateur. Des objets ou des individus refusent de fonctionner et amènent donc les autres personnages à s’enquérir des conséquences de ce refus de collaboration tacite. […] Sous-jacent à leurs attitudes frivoles et idiosyncratiques, ces personnages questionnent dans leurs récits spéculatifs la façon dont le pouvoir circule dans le commun, l’espace construit et les répercussions sur la construction de soi.

 

Et aussi

Sororités littéraires et afrodescendantes

Une proposition de Collectif Rosas

Dans le cadre du mois des personnes d’ascendance africaine, la librairie de la Salle des machines accueille deux rencontres avec le Collectif les Rosas et Eva Doumbia. +

Samedi 10 décembre 2022

Gratuit !