Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui mercredi 17 juil.

Événement passé

Ouverture des ateliers d’artistes

Une proposition de Triangle-Astérides et Friche la Belle de Mai

Jeudi 21 mars 2024 à 18h

De 18h à 21h

Gratuit

Les Manufactures

4 allée des Horizons
2e étage

Poussez les portes des manufactures et découvrez les artistes en travail dans leurs ateliers.

Les artistes en résidence dans le cadre du dispositif Résidence Méditerranée et dans les ateliers de Triangle-Astérides ouvrent leurs portes pour partager leurs recherches en cours et échanger autour de leur pratique artistique.

RÉSIDENCE MÉDITERRANÉE

JEAN-MICHEL DISSAKE | Cameroun | Sous le tutorat artistique de SudSide (arts visuels)

Innovateur de la Pictosculpture, Dissake définit cette pratique comme une jonction entre diverses expressions artistiques visuelles ; dessin, peinture, sculpture, gravure, dans une démarche qui efface les frontières conventionnelles pour adopter une esthétique contemporaine, dynamique et transcendante. Les oeuvres de Dissake, caractérisées par des assemblages hétéroclites, manifestent sa recherche constante d’harmonie et son expérimentation avec de nouveaux matériaux. Comme les mosaïques qu’il affectionne, ses créations plaident pour une coexistence équitable, essentielle à la survie collective.

LUSINE BAGHDAZARYAN | Arménie | Sous le tutorat artistique de Polymer (arts visuels)

Artiste multidisciplinaire titulaire d’une maîtrise en peinture de l’Académie d’État des beaux-arts d’Erevan, Lusine Baghsazaryas explore la symbiose entre l’homme et la nature. Elle s’intéresse à l’art vidéo, à la photographie et à la gravure, en s’inspirant de l’essence de la peinture.

LUCILLE MARTIN | Australie | Sous le tutorat artistique du Bec en l’air (photographie)

Lucille Martin est une artiste basée à Perth et Melbourne. Son travail multidisciplinaire englobe la photographie documentaire, les textiles et l’artisanat, avec comme point de départ la nature et son engagement pour l’écologie. L’artiste s’inspire de son lien avec la nature et de son expérience dans des programmes de réhabilitation écologique.

TRIANGLE-ASTÉRIDES

GABI DAO

Basé·e entre les territoires ancestraux et non cédés des xʷməθkwəy̓əm, Skwxwú7mesh et Səl̓ílwətaʔ/Selilwitulh Nations (colonialement connus sous le nom de Vancouver, Canada) et Rotterdam, aux Pays-Bas., le travail de Gabi Dao (1991, CA) porte sur la contre-mémoire, les vérités multiples, la diversité des modes de connaissance et les temporalités à l’encontre de la linéarité capitaliste.

LUCIA C.PINO

L’iconographie de Lucía C. Pino (1977, ES) comprend des références dystopiques tout en faisant appel à la sensualité, au désir et à la jouissance en tant que potentiel sensible. Cette dimension de la sculpture se fond dans l’expérience de C. Pino, où une sensibilité trans-féministe et queer converge vers un outil d’intervention sociale.

NEÏLA CZERMAK ICHTI

Le travail de Neïla Czermak Ichti (1996, FR) évolue entre fiction et récit personnel. La représentation de scènes, en apparence quotidiennes et banales, revêtent des dimensions cachées, magiques, et invisibles. Dans ses dessins et peintures elle met en scène celleux qui accompagnent sa vie, qu’il s’agisse d’une famille de cœur, de sang, d’ami.e.s, de créatures issues de croyances ancestrales, de films horrifiques et fantastiques. Dans ses œuvres, les monstres et êtres hybrides qui peuplent son univers agissent comme des figures protectrices, des symboles de transitions, de non-dits.

CLAUDE EIGAN

Claude Eigan s’efforce de créer des décors et des environnements oniriques où tous les sens sont exaltés. Influencé par la poésie contemporaine, l’artiste basé à Berlin traduit ces stratégies en une pratique sculpturale. En modifiant l’échelle et la couleur, en isolant ou en extériorisant des structures individuelles telles que les os, les intestins ou les fluides, il regarde l’anatomie dysfonctionnelle de notre imaginaire collectif et explore la dimension abjecte du corps, ainsi que d’autres domaines d’incertitude et de chaos.

MADDIE TAIT-JAMIESON

Maddie Tait-Jamieson intègre le dessin et l’écriture dans des installations multimédias qui examinent les relations occidentales contemporaines à la mort, la fragilité, le territoire et le genre. Dans ces installations, iel propose des lectures performées qui se déroulent à la fois comme des présentations pédagogiques, des récits intimes, et de l’animal-drag.

Et aussi

Art-o-rama

Salon international d’art contemporain

Une proposition de Fræme

Salon international d’art contemporain qui réunit chaque année une quarantaine de galeries et une quinzaine d’éditeurs. +

Du vendredi 30 août au dimanche 1er septembre 2024