Bienvenue à la Friche
Aujourd'hui vendredi 23 oct.

Dans l'air du temps

Vers une Friche éco-responsable

20 juillet 2020
© DR

Ancienne usine de tabac, la Friche la Belle de Mai est aujourd’hui un espace multiple, vivant, ouvert à toute discipline artistique et à toute expérience culturelle et sociale. Porteur de son passé industriel fort, le site de la Friche, très minéral et localisé en plein cœur de Marseille, tente de participer au développement d’espaces végétalisés et à la biodiversité locale.

Écosystème et biodiversité en espace urbain

Depuis 2013, à la Friche on y trouve des parcelles partagées et entretenues par des habitants et des élèves du quartier de la Belle de Mai (Le Jardin des Rails, réalisé par David Onatzky et Jean-Luc Brisson) ou encore des espaces plus informels, des interstices cultivées par les étudiants de l’École Nationale Supérieure de Paysage qui en ont fait leur terrain de pratique (La Porte du Levant, le Jardin des 5 éléments), mais aussi une dizaine de ruches implantées sur le toit de la Tour-Panorama et entretenues par un artiste-apiculteur résident de la Friche, Jean-Charles Bureau.

Si le jardin est un espace de loisir, il est aussi un outil pédagogique et parfois même thérapeutique. Des ateliers y sont organisés avec des personnes en situation de réinsertion sociale ou de grande fragilité mentale et la crèche associative située sur le site a aussi ses propres bacs de culture destinés aux tout-petits.

Journée Bricole 2012 ©Caroline Dutrey

Et parce que ce tiers-lieu est avant tout un terrain de jeu d’expérimentations artistiques et culturelles, on y trouve aussi une « friche paysagée » (La Belle Friche des Quais), un projet de recherche-action, conçu par David Onatzky et mené par un collectif de paysagistes marseillais, Par ailleurs Paysages, visant à développer un espace végétalisé dynamique, adapté, résilient, auto-entretenu et en contact direct avec le public.

En décalage avec l’imaginaire collectif dominant du jardin, cette friche paysagée est beaucoup plus proche d’un lieu d’accueil de la ‘Nature’ en ville : elle n’est pas l’expression d’un ordre prédéterminé maintenu artificiellement, mais celle d’une dynamique autonome fortement marquée par les cycles saisonniers, par le climat méditerranéen, par la dureté du milieu urbain…

Par Ailleurs Paysage
Jardins des rails ©Coralie Filippini
Jean-Charles Bureau, artiste et apiculteur à la Friche

La Friche se met au vert

Depuis quelques mois, un collectif constitué de personnes travaillant sur le site (artistes, salariés, résidents…) se réunit pour échanger autour de thématiques liées à la transition écologique à la Friche – gestion du tri des déchets, énergie, biodiversité, mobilité – avec l’envie de mettre en partage les bonnes pratiques de chacun. A l’échelle de ce petit village qu’est la Friche, où près de 400 personnes viennent travailler chaque jour, se fait sentir la nécessité d’avoir de meilleurs usages et pratiques de consommation, de recyclage, de déplacement et de mettre en œuvre, sur ce lieu de vie et de travail, les bonnes pratiques que tout un chacun peut avoir à la maison. Comment faire sur un site de cette ampleur et avec les contraintes qui lui sont propres ? C’est ce que le collectif Friche Verte interroge, révélant ainsi un changement de mentalité et une envie d’agir concrètement pour la transition écologique.

Écoutez un des premiers comptes rendus du collectif Friche Verte !

L’une des premières preuves de cette envie collective dirigée vers une plus forte éco-responsabilité au sein du site, c’est l’aménagement de la Traverse du jour. Sous l’impulsion de l’équipe de Bi:pole, avec le soutien des collègues et voisins du gmem CNCM marseille et d’Inter-Made, cette petite traverse située tout au bout des Manufactures 1, se transforme à petits pas, à petits gestes, depuis le mois d’août 2020. Zone détente, table de réunion, jardinières, compost, cendrier, parking vélo… l’aménagement avec des matériaux de récup’ et entièrement DIY de la Traverse du jour n’est pas qu’une belle histoire de voisinage ! Elle est aussi une démonstration significative de l’investissement des résidents dans la vie de la Friche, de leur envie d’habiter autrement les espaces de travail, et de contribuer, par des petites actions, à intégrer les enjeux du développement durable dans leur vie quotidienne et professionnelle. En plus, dans le cadre de cette initiative spontanée, un atelier de jardinage urbain a été accueilli et animé par l’association d’intérêt général EKO!, une structure 100% bénévole et couvée par Inter-made, portant le projet Low-tech with Refugees axé sur le « faire » ensemble, et sur la découverte de divers savoir-faire en lien avec les low-technologies.

Aménagement de la Traverse du jour

Nouveaux chantiers

Dans cette dynamique de sensibilisation écologique, des nouvelles initiatives vont voir le jour entre le printemps 2021 et l’été 2022.

Premièrement, le projet « Manufacture des Fleurs » qui consiste à proposer un nouvel outil pédagogique pour y développer l’éducation à l’environnement. Mais végétaliser un toit-terrasse très exposé au soleil et au vent relève du challenge ! Après une première expérimentation en 2013 de plantations sur le toit par des artistes à l’époque résidents de la Friche (Groupe Dunes), la Manufacture des Fleurs vise à créer trois modules végétalisés ainsi qu’une ruche pédagogique en s’appuyant sur l’expérience et la connaissance de terrain d’un réseau de collaborateurs du territoire : apiculteur, paysagiste, botaniste, architectes, médiateurs et partenaires socio-éducatifs. En outre, dans le cadre de ce projet de végétalisation, une expérimentation de valorisation de déchets organiques produits par le restaurant Les Grandes Tables de la Friche, y est menée pendant un mois afin de produire le compost nécessaire aux nouveaux modules végétalisés. Cette opération « laboratoire » mise en place avec Les Alchimistes a pour vocation de mettre en place un cercle vertueux de production/consommation mais aussi de collecter des données qui permettront d’analyser, entre autres, la quantité produite de déchets organiques par jour et par semaine au restaurant et les gestes à modifier en cuisine pour permettre le tri de déchets organiques.

©ETC collectif

Ensuite, la Friche entreprend deux autres grands projets qui ne sont pas sans lien avec le développement de sa conscience environnementale : la construction, à la place de l’ancien parking, du Champ de Mai, une vaste esplanade paysagée qui sera accessible à l’hiver 20/21 et qui annonce aussi la piétonisation totale du site. Et, enfin, un projet d’école primaire publique à la Friche, qui devrait voir le jour à la rentrée 2022, intégrera bien entendu la question de l’éducation à l’environnement grâce aux développements qui auront d’ici là été produits à la Friche la Belle de Mai.

En attendant, il est utile et agréable de jardiner, jardiner à la Friche de la Belle de Mai ou bien jardiner n’importe où, ou ailleurs.

Jean-Luc Brisson, artiste paysagiste
Futur Champ de Mai
© École Nationale Supérieure du Paysage

À lire dans le même dossier

La Friche Verte

Jean-Luc Brisson • artiste paysagiste

Laisser faire. Déprendre. Évaporation motrice. Peintre de promenade. Les mots de Jean-Luc Brisson sont tels des touches à l’aquarelle, qui ressemblent à ses peintures de nuages. Une légèreté, une grâce et une poésie calme et douce. L’homme l’est aussi. Né dans la nature près de Manosque, les traits d’un pinceau chinois et d’une bouteille d’encre […]

Lire la suite

Le Printemps à la Friche

Dans cette courte vidéo, découvrez une Friche verte, vivante et printanière où la nature et la lumière inspirent le geste artistique.

Lire la suite

Marie Biet • paysagiste

Il est une fée à la Friche qui veille en toute discrétion à l’harmonie de ce qui y pousse, qui connaît comme personne la sauge ananas, les vertus des œillets aux pieds des plants de tomates, les dénominations scientifiques des plantes communes.

Lire la suite

Attention, modification de certains horaires de spectacle : consultez notre AGENDA
Fermeture de la Friche à 21h

Voir nos mesures d'accueil et consignes sanitaires